Mathieu : Formation duale ZHAW – SAT

Je m’appelle Mathieu, 24 ans et Lausannois ; je m’apprête, si tout va bien, à rejoindre un cockpit de SWISS après une formation plus longue que la moyenne puisque cela fait bientôt 3 ans que je suis sur Zürich. J’ai suivi la formation duale ZHAW (Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften) – SAT (Swiss Aviation Training).

Il s’agit d’une formation qui dure entre 3.5 et 4 années, selon la planification de la fin de la formation pratique, et qui combine un Bachelor en Aviation à la ZHAW avec la formation de pilote de ligne auprès de la SAT. Ce ne sont pas deux formations en parallèles, mais bien celle de pilote intégrée aux études puisque l’on reçoit des crédits ECTS pour certains modules réalisés à la SAT, comme par exemple la formation de base IFR dans les simulateurs à Kloten. La classe est également plus petite qu’une classe habituelle à la SAT puisqu’il y a entre 2 à 4 candidats civils accompagnés par une dizaine de candidats des Forces Aériennes ; nos futurs pilotes militaires !

12773100_10153465382227756_1645094507_o
>La classe de pilote AV13 au grand complet.<

La partie SAT comprend toutes les phases pratiques de la formation ATP ab initio, parfois quelque peu réarrangées, mais avec tous les « highlights » bien connus (Vero Beach notamment). La formation est dispensée en allemand, voire suisse-allemand selon les instructeurs !

La partie ZHAW concerne, elle, toute la théorie du pilote (PPL -> ATPL) avec préparation des examens, cours de radiotéléphonie, etc. ainsi que des cours complémentaires pour l’obtention du Bachelor. Ici aussi, les cours sont en allemand au début puis, dès la deuxième année, environ moitié anglais – moitié allemand. Le projet de Bachelor, qui clôture les études durant le 6ème semestre, peut être rédigé sur un thème de son choix (validé par un superviseur) ou un thème donné ; et ce en allemand, en anglais, voire même en français si vous trouvez un professeur qui le comprend !

12528605_10153465432837756_673464679_o
>Les cours, les cours, encore les cours…<

Avec le recul, le choix de cette formation s’est avéré judicieux puisque je viens de passer trois années bien remplies, avec des camarades exceptionnels et une chouette vie d’étudiant ! Le Bachelor s’achève avec la « Frackwoche » : une semaine entière de fête, de dérangement des cours pour les premières années, de jeux et de bonne rigolade, le tout organisé par les troisième années, bien équipés de « Frackmobil » et en costume d’époque ! Il faut aussi savoir que lors des 100 derniers jours du Bachelor, les étudiants masculins n’ont pas le droit de se raser… respectant ainsi une tradition vieille de plus d’un siècle, marquant l’arrivée du jeune étudiant dans la vie adulte. Messieurs, sensibilisez déjà vos copines 😉

Le rythme stable des études à la ZHAW (semestres, examens, vacances) vous permet d’avoir du temps pour un « job d’étudiant ». J’ai donc postulé chez Swissport et ai été engagé pour charger les bagages dans les différents containers et wagons des avions. Un job pas très « sexy » mais qui permet de travailler déjà sur l’aéroport, de vivre le rythme de cette « ville dans la ville » et d’y nouer des contacts. De plus, il est possible de donner son emploi du temps, c’est donc hyper flexible et ça arrondi bien les fins de mois.

12751893_10153465381882756_555520600_o
>Au petit matin à Zürich Flughafen, au pied d’un A340.<

Enfin, je ne peux pas manquer l’occasion de vous parler de la phase de vol à Grenchen sur DA40 qui a lieu durant l’été entre la 2ème et la 3ème année. 11 semaines intensives, avec le premier solo, des vols de navigation, des circuits à n’en plus finir, un jour de vol d’Alpes (Grenchen – Sion – Locarno – Grenchen), un aller-retour express Grenchen – Innsbruck avec 15 minutes de pause en Autriche, et l’excursion finale ! Il s’agit de remplir les conditions pour l’obtention de la CPL qui requiert d’avoir fait un vol de navigation de 540km avec deux atterrissages extérieurs. Nous avons donc planifié une virée à Calvi en Corse avec nuit là-bas. Imaginez, vous décollez à 08h00 de Grenchen et avant 14h00 vous posez à Calvi. Autant dire qu’à 14h45 nous étions à la plage ! Cette phase est plus longue que lors de la formation « normale », vous serez donc moins longtemps à Vero Beach, mais croyez-moi : pour les paysages, la découvert de notre pays « vu du ciel » et la somme d’expérience accumulée sur des terrains divers, vous serez largement gagnant.

12767950_10153465382237756_183267813_o
>Arrivée à Calvi, la plage est en vue !<

Parlons maintenant des aspects pratiques si vous envisagez sérieusement cette formation. Tout d’abord, sachez qu’effectivement, il est plus judicieux d’avoir un peu de facilité pour les études. Cela vous permettra de bien passer la première année et ensuite de coordonner de manière optimale les tâches simultanées comme les cours, projets, simulateurs et examens ATPL… Mais au final, comme dans le cockpit, c’est une histoire de priorités ! Ensuite, je pense important de mentionner l’aspect financier : la formation est plus longue, donc vous devrez vivre plus longtemps de vos réserves, de petits boulots ou de l’aide de vos parents. Il y a quelques frais en plus durant les études puisque chaque semestre coûte environ CHF 750.-. Toutefois, le coût global du contrat avec est moins élevé qu’une formation classique puisque vous ne faites pas la théorie à la SAT : vous aurez donc moins à rembourser une fois engagé comme copilote.

Pour vous engager dans cette formation, vous devez vous inscrire d’une part à la ZHAW et en parallèle réaliser la sélection de la SAT. Cette dernière peut se faire avant le début des études ou pendant la première année. Vous devrez simplement communiquer au doyen votre réussite de la sélection au moment opportun. Enfin, n’oubliez pas de contrôler si vous remplissez les prérequis pour l’inscription à la ZHAW !

Au niveau des perspectives, ce Bachelor vous offre un bagage plus complet pour évoluer dans le monde de l’aviation en dehors du métier de pilote, que ce soit lors d’une reconversion professionnelle, suite à la perte du droit de piloter (licence, médical,…) ou encore à temps partiel. Vous en profiterez également pour voir la théorie de manière plus approfondie et pour pouvoir vous concentrer sur certains aspects qui vous intéresseraient particulièrement. Enfin, il n’est pour l’instant pas possible de réaliser une formation duale avec une autre école/université, mais cela pourrait être amené à évoluer dans le futur… Je ne manquerai pas de vous tenir informé.

12772982_10153465382242756_1580824713_o
>En route pour le premier solo !<

En résumé, cette formation vous mènera presque tout droit dans le cockpit d’un avion de ligne, tout en vous permettant d’appréhender l’aviation dans son ensemble et de faire fructifier une maturité (gymnasiale ou professionnelle). Ne sous-estimez pas la première année avec ses nombreuses heures de maths, physique ou chimie et gardez toujours votre objectif en ligne de mire : le premier solo dans un avion aux couleurs helvétiques se profile déjà à l’horizon !

N’oubliez pas de regarder le BONUS à la fin de l’article !!!

Happy landings

— Mathieu —

Liens :

Plus d’information sur la sélection et la formation à la SAT
Plus d’information sur les licences et termes « ATPL, CPL »
Information détaillées sur le Bachelor en Aviation ZHAW

4 thoughts on “Mathieu : Formation duale ZHAW – SAT

  1. Super article, merci beaucoup pour toutes ces précisions ! De la part de quelqu’un qui hésite à soit se lancer dans la SAT directement, soit faire cette formation combinée, ça offre bcp de précieuses infos… Ce qui me fait peur est justement la première, avec tant d’heures de sciences exactes qui ne me conviennent pas forcément (pas fait de chimie depuis deux ans par exemple…), est-ce vraiment si dur à passer si l’on n’a pas étudié les branches dans un passé proche ?

    1. Cher Nathan, merci de votre commentaire. Nous sommes heureux de pouvoir offrir l’accès à l’information. Voici la réponse de Mathieu. Tout de bon dans votre carrière, Tim.
      « Super que les précisions te soient utiles! Le fait de ne pas avoir étudié de chimie depuis 2 ans par exemple n’est, à mon avis, pas un problème. Par contre, il faut quand même un esprit un peu technique, la possibilité de comprendre et d’apprécier de travailler sur ce genre de branches… surtout beaucoup de motivation et de persévérance ! Comme l’a dit Tim, quand on a un rêve et qu’on fait tout pour, ça passe 🙂 »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :